Sous le regard des grands frênes

112 pages – 12 €

Genèse de ce livre

Le phénomène des apparitions mariales m’a toujours interrogée. Or, il se trouve que dans la commune où je suis née et où j’habite, la Vierge serait apparue à une petite fille de 9 ans, Marie Lorteau en 1882. Enfant, une fois par an, je devais me rendre sur le lieu pour une cérémonie conduite par les prêtres de la paroisse. Et je détestais ce jour, sans doute pour l’effort physique qu’il réclamait puisque c’est à vélo qu’il fallait faire une route d’environ neuf kilomètres. Mon éducation religieuse avait des failles puisque, jamais, je n’ai cru à une manifestation surnaturelle à La Lande. Pourtant, devant la piété fervente, une interrogation était là.
Un jour, un livre sur la Vierge de la Lande a été édité. Son auteur proposait une étude d’historien donc objective. Or, ma lecture en a été tout autre, pour moi c’était une apologie. Le parti pris m’a quelque peu agacée. C’est à ce moment-là qu’est né le projet d’écrire sur le sujet, non pas pour en retracer fidèlement les événements mais pour répondre à une question : Que se joue-t-il dans un microcosme rural abandonné de la fin du XIXe siècle lorsqu’une enfant semble être témoin d’apparitions ? J’allais devenir la narratrice, une femme âgée revenue vivre dans le hameau et portant un regard distancié sur les événements qui s’y déroulent.
Le projet mûrissait intérieurement, aucun mot n’était posé quand un autre livre est arrivé sous mes yeux, L’Apparition de Perrine Le Querrec. Dans un village espagnol isolé, trois enfants soudain sont confrontées à des apparitions. « Un phénomène qui bouleverse aussi bien le village, jusqu’alors totalement ignoré du reste du monde, que les enfants elles-mêmes : corps à la renverse, marches extatiques, chutes, visions, nouveau langage. » L’auteure y façonne une langue poétique traversée de fulgurances.
Éblouie par cette lecture, j’ai remisé mon projet.

Puis le temps ayant fait son œuvre, un jour, libérée de ce livre, j’ai plongé au coeur de mon sujet, convaincue que ma voix, mon approche seraient tout autres.
Le manuscrit était tout juste achevé quand un film est sorti L’ Apparition de Xavier Gionnoli avec Vincent Lindon…

Marie-Hélène Bahain…

… vit au bord d’une rivière, dans une vieille maison bercée par de grands arbres. Elle fait entendre le timbre poétique de sa voix dans les pages d’une dizaine de romans ou récits.
Aux Terres du couchant, elle a publié Déas, entre pierre et ciel (2017).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s